Etudes sur offre numérique illégale de livres français sur Internet...
ebooks en France une mutation pour univers édition

Quelques jours avant le Salon du Livre de Paris 2011 (où ce cher
SNE organisa une table ronde au sujet du livre numérique),
l’Observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France
(lemotif.fr), sortait EbookZ 2, une étude sur l’offre numérique
illégale des livres français sur Internet en 2010.
Conclusion : Le piratage de livres se développe.
Devons-nous comprendre : législateur réagissez sinon l’édition
sera mangée par le piratage comme le fut la musique ?
Et pleurer sur le sort d’un certain Bernard Werber, dont 22 titres
sont piratés ?

Avant EbookZ 2, il y eut « EbookZ 1 », publiée en octobre 2009,
considérée comme la première étude en France à analyser
spécifiquement l’offre illégale des livres sur Internet.
Sujet : le « piratage numérique du livre » et non le « piratage du
livre numérique. »

L’étude a l’honnêteté de préciser qu’il serait préférable de parler
de mise à disposition et/ou de téléchargement illégal de livres au
format numérique plutôt que de piratage. Rappelant que le terme
piratage, dans son acception judiciarisée, évoque davantage un
phénomène de contrefaçon organisée dans un but lucratif, alors
qu’avec les livrels, il s’agit d’offrir de la culture.

Vous lisez un extrait de l'essai Le livre numérique, fils de l'auto-édition de Ternoise et vous pouvez
acheter des ebooks français dont Le livre numérique, fils de l'auto-édition à 2 euros TTC sur ecrivainfrancais.net.

"Le téléchargement illégal des livres sur Internet n’est pas
nouveau, mais il semble décoller depuis le milieu de l’année
2008 à travers le monde."
"L’évaluation du nombre de livres disponibles en
téléchargement illégal reste complexe. Mais nous l’estimons, à
l’été 2009, de 4 000 à 6 000 titres différents, dont 3 000 à 4 500
bandes dessinées. Ce montant représente moins de 1 % des titres
disponibles légalement au format papier."

Les auteurs dont le plus de titres sont disponibles en
téléchargement illégal : Gilles Deleuze (13) Bernard Werber (11)
Amélie Nothomb (11) Frédéric Beigbeder (7) Jean-Paul Sartre
(6) Albert Camus (5) et Michel Foucault (4).
Nous pouvons donc diviser la mise à disposition en deux
catégories : celle de fans de romans disons grand public et celle
des oeuvres difficiles, sûrement objets de recherches.
Le téléchargement non autorisé concerne en priorité des
parutions contemporaines (les 2 / 3 ont moins de dix ans), mais
un quart des livrels ont été publiés durant les quatre dernières
années.

Cette illégalité puise même une partie de ses racines dans la
politique des éditeurs : plus d’un quart de ces livrels les plus
téléchargés ne sont plus disponibles en format papier. Et 94,9 %
des livres piratés analysés ne disposent pas d’une offre numérique
légale !
La conclusion de l’étude conseille aux éditeurs de développer
leur catalogue numérique (condition sine qua non pour
concurrencer l’offre illégale), proposer des livrels de qualité (car
les fichiers piratés sont de bonne qualité) et de proposer des prix
attractifs. Mais aussi développer des systèmes de surveillance du
net autour de leurs livres.
EbookZ 2 : l’offre numérique illégale en 2010
18 mois plus tard… est-ce que la démultiplication rapide de
plates-formes de distribution et le lancement de l’iPad en France
ont eu une influence ?
« Tout se passe comme si la période de transition se prolongeait
concomitamment au décollage du marché du livre numérique en
France. Le piratage n’est pas encore massif mais il s’accélère, et
le délai de piratage des nouveautés semble plus court. »
« Le meilleur moyen d’enrayer le développement du piratage est
la mise en place d’une offre légale attractive et de qualité. Reste
à déterminer précisément ce que constitue l’attractivité de cette
offre et dans quelle mesure le marché rencontre les usages (et
réciproquement), car il existe un risque d’accroissement du
piratage avec le développement du légal numérique, tant que la
qualité du légal ne l’emporte pas sur la qualité des fichiers
pirates. »

Estimation du nombre de fichiers illégaux disponibles :
- 2 000 à 3 000 titres hors BD
- 30 000 à 35 000 titres de bandes dessinées, dont environ 6 000
à 7 000 titres sont réellement accessibles (la majorité des fichiers
sont partagés en peer to peer avec très peu de sources de
téléchargement).
Titres piratables livres + BD : 8 000 à 10 000.
Pour un nombre de titres disponibles en offre légale papier de
619 800.
« Le téléchargement illégal de livres est un piratage résiduel
dans un secteur qui n’a pas encore connu de commercialisation
numérique massive. Ce taux de piratage progresse néanmoins
avec la mise à disposition d’ebooks au format numérique. »
L’offre légale numérique est évaluée entre 60 000 et 70 000
titres.

« La grande différence avec « EbookZ 1 » tient donc à
l’importance prise par le téléchargement direct (DDL), au
détriment de l’échange de fichiers en peer to peer. »
« Il est nécessaire de rappeler que les résultats de notre étude
doivent être pris avec précaution, compte tenu de la volatilité des
échanges sur Internet et de la difficulté d’établir avec certitude
des échantillons représentatifs sur des données illégales. »
« La grande majorité des fichiers d’ebooks (79 %) restent au
format PDF, le plus pratique pour une lecture multi-supports.




Ajouter une info ou un commentaire





Voir sujet précédent du forum
Si vous souhaitez aborder un autre sujet : Vous pouvez débuter un nouveau sujet en respectant le thème du site.

sur le forum : Huguette Tiegna, personnalité lotoise de l'année 2017 ?
LIRE PROPOS ECRIVAIN et les commentaires internautes.